Partagez

Quand la tristesse
S’empare de son être
Quand la détresse
Submerge le paraître

Elle a beau essayer
De cacher ses peurs
On en voit le reflet
Dans ses yeux qui pleurent

Tant bien que mal
Elle veut essayer
Dans sa vie bancale
De panser ses plaies

Par souci des autres
Politesse du cœur
Se faire l’apôtre
D’une vie meilleure

Mais elle lâche prise
Toute submergée
Sa vie est en crise
Et plus rien n’y fait

Ses amours sont mortes
Et il l’a trahie
Et claque la porte
Sur son cœur meurtri

Remonter la pente
ça paraît facile
Ses souvenirs la hantent
Et tirent les fils

Elle y avait cru
A ce prince charmant
Lui n’y avait vu
Qu’un coup en passant

Le temps passera
Fera son office
Printemps reviendra
Fi des cicatrices

Mais en attendant
La douleur tenace
Construit doucement
Future carapace

Qu’il faudra sans peur
Fissurer un jour
Pour ouvrir son cœur
A nouvel amour.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.9 sur 20 votes