Partagez

Ombres du soir, oiseaux de passage,
Crissements dans la nuit d’un immense orage,
Les rêves se soulèvent complices dans la fusion
De nos espoirs naissants à griffer tous les lions.

Labyrinthe de nuages gris et fous,
Raz de marée, lames de fond à bousculer tous les vieux hiboux,
Ce vent spatial balaye les intempéries glaciales de notre vie,
Les rides tristes du crépuscule nous sourient.

L’hymne lyrique bouscule le poète,
Le souffle des soupirs anime la comète,
Ma muse s’anime, étoile de mille feux mes vers,
déverse mes traces dans tout l’Univers.

La fougue de mes mots s’envole par-dessus les océans,
Navigue dans les Cieux géants,
Survole les belles tempêtes désespérées,
Gravit des milliers de kilomètres pour atteindre les sommets !

Martine BES
20/05/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.91 sur 58 votes