Partagez

Tu es amer indienne ,
Fille des plaines,
Avec ta fenêtre ouverte sur ce mur…
De la fin du monde ,
Au bout de terre,
À l’agonie des mers
Sur les bancs de fumée
Dans l’hiver enneigé.
Tu me racontais
Le bruit des arbres effondrés
Près de la maison de l’enfance,
Le tipi d’abondance.
Cette plume de feuilles mortes
Dans tes longs cheveux noirs ,
La rivière nue de l’enfance ;
J’ai pris ta main ce matin
Vers la nature qui t’attendait
Je t’ai suivie des yeux ;
Tu as remplie ta poche,
Cailloux blancs , bleus
Et tu as marché sur cette eau .
Jusqu’à la bouche…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 2 votes