Partagez

La-bas
sous les grands arbres
l’air d’une oasis
au parfum oriental
que tu as soufflé
sur les lignes de ma main
a fait germer les premières fleurs
d’un immense désir.
J’ai connu l’extase
dans une coupe de lumière
une traînée d’étoiles
offerte sur tes lèvres hindoues
et tous mes vers de poésie
ont pris la saveur d’un vin mystique
qui m’enivre tous les jours
dans le sillage de notre destinée.
© Arfang, in Poèmes à Cristal



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
3 sur 1 votes