Partagez

Tu me colles à la peau

J’ai voulu, conquérir ton cœur
De mes mots
Mais rien à faire, tu me mènes la guerre
Tu me blesses, tu déchires mon cœur
D’enfant, amoureux du beau
Tu le rends malheureux

J’aurais aimé avoir si peu d’amour
Je me serai contentée de si peu
Mais tant pis
C’est la vie et je n’ai pas de regrets
Même si je meurs, d’ici peu

Dans mon cœur tu es près
Mais, dans la vie, tu es loin, jamais près
Et tu n’as jamais compris
Mon amour pour toi et ce que je veux
Tu le sais ou tu le fais exprès
Il suffit, d’un sourire amoureux
Pas haineux
Et mon cœur, sera heureux
Et peu importe, si je meurs
D’ici peu

Il suffirait d’un rai, d’une seule phrase
D’un mot
Etre sincère et pas uns faux
Et mon monde sera meilleur, près de toi
Et tans pis, si je meurs
D’ici peu, dans tes bras

Tu me colles à la peau
Mais tes paroles sont venin
Empoisonnent ma vie
Ouvre mes plaies et font mal à mes bleus
Que tu as dessiné d’ici peu
Je suis lasse, je ne peux, y faire face
Tu me plies en deux
Peu importe, si je meurs
Je ne compte, que si peu

Il suffit d’une geste
D’un élan
Et tout refleurira, comme avant
Chantera le temps
Et enfant
Je me balancerai comme avant, dans ses pans
Toute heureuse
Et peu importe, si je meurs d’ici peu

Tu me colles à la peau
Et tu tues, d’un geste froid
Le sourire sur mes lèvres
Qui tremblantes, meurent les mots
Tu brises, mes beaux rêves et mes vœux
Tu dessines à nouveau d’autres bleus
Sur ma peau

Tu me colles à la peau
Mais attention à mes bleus
Ils étaient là et ont enfantés des nouveaux
Depuis peu
Ils renferment mes rêves et mes vœux
Ma richesse, que je porte sur le dos
Héritage d’une mémoire, de mon monde
Qui reflète, le beau
Et peu importe si je meurs
Dans tes bras d’ici peu
Car je t’aime et tu me colles à la peau.
Maissa BOUTICHE, Ain Bénian, Algérie,



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.95 sur 65 votes