Partagez

Non, tu ne devrais pas m’aimer
Pas dans l’état où je suis
Oui mais, tu vois moi je n’ai pas choisi
Mon cœur cet animal en liberté

N’en fait qu’à sa tête
Il se fout de mes mises en garde
A mon insu il baisse la garde
Et jamais, rien ne l’arrête

J’aurais voulu lui mettre des chaines
Pour ne plus connaitre de douleurs
Ni de déceptions, ni de peurs
Mais à quoi bon, ce n’est plus la peine

Il devient de plus en plus sauvage
Incontrôlable et tyrannique
Il s’amuse à me faire des niques
Sans considération de mon âge

J’aurais aimé le domestiquer
Mais quoique je fasse, il s’enflamme
Et tu voudrais que je le blâme ?
Même s’il trouble ma sérénité

Tu fais partie de mon existence
Même si je ne sais pas de quoi sera fait demain
Et si nous prendrons le même chemin
Je t’aim’ …le reste est sans importance

Tu sais, de cet amour débordant
Tu fais ce que tu veux
Il est tout sauf un élan capricieux
Pour TOI, toujours il sera présent

Si tu as des réticences
A envisager un commun avenir
Moi je veux just’ te revoir sourire
Et retrouver un peu d’insouciance

Pour Toi, celui que j’aime
Quoique tu en dises, c’est une évidence
J’aimerais tant vaincre tes résistances
En te dédiant ce poème

Sotte, saute donc si tu l’oses
00060980-1©2017
CopyrightDepot.Com
Tous droits réservés
https://madochristophe88.blogspot.com/



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes