Partagez

J’ai vécu bien des jours entre le bœuf et l’âne,
Ne sachant où crécher, je squattais des cabanes.
J’étais ce Juif errant que l’on concède à table,
Mais qui, le plus souvent, déjeune avec le diable.

Je ne vins ici-bas que pour te rencontrer
Car Dieu, hors toi, n’avait rien d’autre à me montrer.
Je ne sus que t’aimer, je ne fus que Passion,
Jusqu’à marcher sur l’eau, jusqu’à saigner ton nom.

Ce soir tout en douleur, je rentre chez mon Père,
Ton amour est de fer, sa couronne est d’épines,
Je suis à bout de toi, au bout de mon calvaire,
Sous un ciel rouge et noir, ta lumière est divine.

Viens célébrer ma Pâque et sceller ton bonheur !
Crucifié par tes yeux ou vendu aux Romains,
Je t’ai donné mes pieds, je t’ai donné mes mains,
S’il te reste des clous, plante-les dans mon cœur !…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 18 votes