Partagez

Je souffre d’être moi
Et parfois,
De perdre la foi
De ne plus croire en toi.
Je souffre d’avoir été
L’orage dans tes nuits d’été,
Quand tu étais avec moi.
Je souffre de me rappeler
Ton visage et ton corps
Que j’ai longtemps aimés.
Je souffre d’être le feu
Qui te brûle peu à peu,
Sur cette terre
Où il ne pleut pas,
Loin de moi,
Loin de tout lieu habité.
Mais, je garde toujours,
Au fond de moi,
Un bout de toi
Et la chaleur de ton corps
Pour ne pas mourir de froid.

Younes ZEMNI.
image: deviantart.com



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.36 sur 78 votes