Partagez

Un jour peut être

Un jour viendra peut être où je ne serai plus
Où je disparaitrai de façon absolue
Un jour où je ne manquerai à personne
Et n’aurai nul besoin qu’on me chaperonne

Jusqu’au seuil final de mon lointain voyage
Celui qui aura traversé autant d’âges
Des bons des moins bons et même des plus mauvais
Et qui auront fait que vulnérable j’étais

Prête à tendre la joue aux coups pressentis
Et aussi aux rares caresses consenties
Ce jour surviendra j’en suis presque certaine
Qui emportera mes amours et mes haines

En m’abandonnant froide inerte et heureuse
Dans mon autre résidence ténébreuse
D’entre mes jours vécus ce jour sera béni
Car je serai libre et enfin épanouie

Je jouirai de ma pleine plénitude
Qui me portera vers la béatitude
Il m’aura fallu attendre une vie entière
Pour connaître le repos dans la lumière

Du néant, plaisir de l’anéantissement
Espace favorisé de l’aboutissement
Dans lequel je me vautrerai avec plaisir
Après avoir jeté aux orties mes soupirs

Oubliant tout de mes peines et chagrins
Ravie je savourerai mon nouvel écrin
Ce jour sera imminent car je l’appelle
Il ne peut trahir mon attente cruelle

Je sais déjà qu’il apportera le bonheur
A l’informe chose qui me servait de coeur
Et me fera connaître la félicité
Que la résignation m’aura fait mériter



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 2 votes