Partagez

        Quatrain de  Renée VIVIEN

        Recueil : « Études et préludes »


                      On dit qu’un souvenir s’émousse,
                      Mais comment oublier jamais
                      Que ta voix se faisait très douce
                     Pour me dire que tu m’aimais ? 


                                        Un jour un destin ( Glose)


  Entre deux temps l’amour frimousse,

  Celui des nos jours libertins 

  Aux instants, soustraits opportuns ;

  On dit qu’un souvenir s’émousse.


  Un jour mon destin, désormais

  Aux tourments de mon indécence ; 

  C’était notre amour en puissance, 

  Mais comment oublier jamais.


  Notre histoire pudique en douce,

  Vingt ans ce chemin entre nous ;

  Mais tu murmurais on n’est fous,

  Que ta voix se faisait très douce.


  Ce jour là tu m’attendais, mais

  Loin s’envolait ton hirondelle ;

  Tu criais sur la citadelle,

  Pour me dire que tu m’aimais ? 

                       Béatrice Montagnac 

   

   

                    



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 22 votes