Partagez

Le froid sans pitié transperce mon corps.

Mes mains sans raisons sont devenues  glaces,

Or au fond, la solitude me mène au décor.

L’amour s’est éloigné de moi sans traces.

La peur tout au fond, s’accorde à mes frissons.

Mes mains loin d’enlacer se bloquent à l’unisson.

Les amoureux passant augmentent mon froid.

La misère du cœur s’y accorde dans l’effroi.

Derrière moi se trouve un passé doux aux délices.

Y retourner? Mon corps plus loin s’enlise,

Me privant de l’ultime chemin du froid sauvé.

Avancer? Tout parait flou mais plus rénové.

Sur place mon cœur triste s’encombre,

Vu que le froid me laisse tout seul dans l’ombre.

Je sais qu’un sourire au fond d’une ombre cachée,

Ouvre son cœur à mon amour sans cracher.

L’espoir rassure même si le présent fait peur.

Beau sourire ! Mon froid t’attend pour s’atténuer.

A ton cœur j’attends la chaleur en chœur,

Car ton chaud amour me fera éternuer.

Ah qu’il est difficile de seul être,

Même si au loin l’amour se fait moins connaitre.

L’espoir donne à l’envie la force de renaître,

Je t’adore et souris à ton approche de mon être.

Dans la misère, j’ai vu le mystère éphémère,

Du désespoir privant l’espoir de sa mère.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.57 sur 99 votes