Partagez

Elle est la touche étoilée, une musique qui fait mon tempo,

l’accord parfait d’une portée, la note douce du piano.


C’est avec son sourire

que je recouvre la vie

comme on découvre un lit

draps froissés de soupirs

c’est dans son regard 

que je vais voyager

quand le monde affolé

me regarde hagard

et si les mots me manquent

elle sait me les donner

elle sait même étouffer

ce que le triste me flanque

j’ai perdu mes vingt ans

dans une mare étrange

c’est dans son âme d’ange

que je revis l’avant


Mais c’est dans ses silences

qu’elle me parle le mieux

chassant le miséreux

en manque de confiance

traquant cette détresse

venue d’un autre ailleurs

essorant le meilleur

malgré les maladresses

Elle souffle sur mes désirs 

pour les éparpiller

comme un vent saisonnier

qui saura les nourrir

c’est au creux de son corps

que je veux me blottir

comme un éclair d’avenir

trouvant l’île au trésor.


Plus haut que mes montagnes

je gravirai les pentes

qui invitent l’amante

sans château en Espagne

une lueur dans nos remords

ces tumeurs qui se soignent

tel un bateau s’éloigne

abandonnant le port

Je débusquerai la lune

jusqu’au centre de la terre

au profond de la mer

et par delà ses dunes

pour une seule vague d’elle

contre vents et marées

je saurais retrouver

tout ce qui fait le sel.


Elle est telles ces flammes

incandescentes braises,

rougeoyante  fournaise

qui réchauffe ma trame

brûlant mon cœur d’attente

de revivre le soir

comme on attend l’espoir

de revoir une passante

cette ombre en mon chemin

qui traverse mon être

sans voile ni paraître

promettant un demain

Elle me donnera le la

pour un concerto ivre

j’apprendrai à la vivre

au fil du temps qui va…


Elle est la touche étoilée, une musique qui fait mon tempo,

l’accord parfait d’une portée, la note douce du piano.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 17 votes