Partagez

Une rencontre, un miracle, une éclaircie
Il n’y a plus de bruit, d’image ou de facétie
Juste des yeux qui se parlent
Des rires qui se jouent
Pour raconter le moment qui passe
La tendresse qui chavire
Le rêve qui nous imprègne
On abandonne le temps
Ce qui nous retient des choses
Des murs et des meubles
Pour toucher du bout des doigts
Ce que le Coeur s’essouffle à dire
Sans commune mesure
Et tomber dans l’abysse
Des sentiments perdus
Que le labyrinthe des sens guide
Pierre par pierre
Et laisser nos mains unies
Toucher la chaleur du vertige retrouvé
Dans le silence de notre regard
D’enfants ravis
Sur le carrousel de leur jeu.
JT



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 7 votes