Partagez

Je t’aimerai d’amour jusqu’à mon dernier cœur,
J’ameuterai Vigny, Virgile et les voleurs,
Pour séquestrer les mots dans leurs conciliabules,
En ne laissant que des tirets et des virgules.

Je t’aimerai plus tard, jusqu’au bout de mes dires,
En bravant la censure et pendant les vampires,
Je maudirai Ronsard d’avoir déjà trop dit :
Dormait dans ses sonnets un démon de midi.

Je t’aimerai sans fin jusqu’à mon dernier vers,
Mon ultime chanson, ma nouvelle orthographe,
Nous resterons ensemble au moins en épitaphe
Et par la sainte croix où percher des piverts.

Je t’aimerai sans but jusqu’au bout de ma route,
Que j’aurai partagée à l’aune de tes pas,
Comme si cheminer, c’était passer par là :
Perdre tes illusions et les retrouver toutes.

Je t’aimerai tout neuf jusqu’à mon dernier cri,
D’un amour à la mode avec du Givenchy
Et de ces doux parfums qui servent de bustier,
À tes seins caressés par de grands couturiers.

Je t’aimerai d’amour jusqu’au bout de mon cœur,
C’est un endroit lointain, plutôt inaccessible,
Où vont mourir les éléphants de l’impossible,
Quand l’ivoire est encore un santon de bonheur.

Pour mon dernier labeur, j’écris en majuscules
Je te ferai l’amour comme un travail d’Hercule …
Pour mourir par ta main et renaître plusieurs,
Quand l’hydre aura cent chefs, enfin j’aurai cent cœurs.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.92 sur 26 votes