Partagez

Ce supplément d’âme se faufile,
Dérange sous la parure dentelée des jours.
Comme de vieux volcans des îles,
Voyagent ces rêves dans l’espace d’un cœur lourd.

Regard tourné vers l’azur de l’océan
Dans le lointain d’une nuit cuivrée
Glissent les ailes au vent
Par-dessus la barrière des barbelés.

Sur l’indéfinissable charme du soir
S’élèvent les émotions en fond de lames,
Sous la clarté mystérieuse de la lune noire
L’art et la lumière rejoignent l’astre qui se pâme.

Face cachée de l’énergie se déguise au milieu des anges
A la croisée fascinante de tes rêves
A l’ombre de ta personnalité bien étrange
Face au miroir de l’inconscient qui s’élève !

Martine BES
28/05/2017



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.83 sur 52 votes