Partagez

Venise l’amour impossible

Ô Venise
je contemple tes maisons divines à mourir.
Comme un corps de femme à découvrir.
Ton paysage sensationnel, me fait suffoquer d’envie.
Mon délire, un virage vers la folie.

Je regarde l’eau limpide,
sa couleur turquoise, m’intimide.
Pareil à un regard de femme timide,
me fixant avec son regard humide.

J’aimerais être une gondole.
Caressée par la fraîcheur de l’eau.
Éteindre ce brasier qui me consume.
Ô mon idole, je perds le ciboulot.

Je voudrais être dans tes bras.
Danser la samba.
Faire l’amour avec ardeur sur la pierre de ton cœur.
Chanter à la foule ce sentiment qui m’effleure.

Être un homme ou une femme.
Sous le charme de ta féminité.
Ce mystère à l’italienne.
Ambiguïté de mes rêves.
Sera tu un jour mienne?.

Ô Venise ton angélisme m’intimide.
Je m’imagine aimer Emmanuelle.
Est- ce mortel ce désir inhabituel?

Ô Venise
Toi inaccessible, faite de pierres et de rivières.
Tu sourit de moi sous tes réverbères,
et l’enfer s’ouvre à mes pieds.

La nuit tombe sur toi Venise.
La brume m’enveloppe comme un sacrilège.
Je n’aurais pas le privilège d’être ta promise.

Ô Venise, la lune t’illumine.
Je m’incline devant cet astre.
Mon rêve tombe dans les abîmes.

Ô Venise
Je parts.
Je prends un autre car.
Toi qui me laisse sur les brancards.

Ô Venise
Je donne mon âme à Vérone.
La ville des amants éternels.
Je deviendrais leur madone.
Ainsi leur amour, sera toujours immortel.

Adieux Venise.
Belle insoumise.

Béatrice Montagnac



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 8 votes