Partagez

VERDUN

Comment une guerre peut-elle être Grande !?

Ça doit être par le nombre des vies en offrande… 

Assourdis par le cliquetis agréable de leurs médailles,

Les Généraux n’entendent pas le fracas de la mitraille.                                                                     

Des tranchées à perte de vue, à perte de vie, perspective aberrante 

Les arbres, les hommes décharnés sous des rafales vociférantes 

Les obus et grenades dans une chair rouge explosent

Fruits de la folie des hommes dont les pépins implosent.                                                                

La terre boueuse de la Meuse sera leur gluant suaire,

Leurs carcasses finiront mélangées dans un ossuaire,

Se retrouvant enfin unies dans une fraternité immobile.

Bien plus tard, leurs enfants en auront oublié le mobile…                                                                   

A chaque mort, un camp applaudit et trinque au vin ou à la bière

A chaque mort, un camp se lamente et procède à la mise en bière  

A chaque mort, une famille dévastée a perdu son repère

A chaque mort, une famille éplorée a perdu un père…                                                                           

Gael Schmidt – Novembre 2018 tous droits réservés



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.89 sur 46 votes