Partagez

Il y a tant de larmes dans leur âme ce soir,
Seul, leur cœur en connaît le goût du désespoir,
Pleurs de haine et d’amour sont ensemble mêlés,
Pour ne pas oublier qu’on fut un jour aimé.

N’avez vous pas tantôt trouvé beau cet enfant,
Contemplé son visage de larmes ruisselant,
Ces perles de cristal sont en tous points pareilles,
Remplaçant l’alphabet quand les mots sont en veille.

Dissemblable pourtant, chaque larme est unique,
Messagère d’un instant, soit cruel soit magique,
Il y a tant de larmes dans leur âme ce soir,
Seul, leur cœur en connait le prix du désespoir.

Sous le poids des chagrins les visages se rident,
De leurs yeux fatigués une larme furtive,
S’échappe doucement et lentement sillonne,
Leurs joues creusées, que deux mains emprisonnent,

Pour cacher la souffrance , la peine et le malheur,
Oublieront à jamais ce que fut le bonheur,
Il y a tant de larmes dans leur âme ce soir,
Seul, leur cœur en connait le prix du désespoir.

Ils marchent d’un pas lent pour aller nulle part,
Une mère sur son cœur, serre fort son enfant,
Les hommes mal rasés, le regard dur et froid,
Soutiennent un plus petit ou un plus vieux sans voix,

Il y a tant de larmes dans leur âme ce soir,
Seul, leur cœur en connait le prix du désespoir.

Demain n’existe pas pour eux qui sont victimes,
De la haine, de la mort et d’autres en sourire,
Puisque la guerre existe et qu’il faut un perdant,
Mais qu’ont fait ces enfants , ces humains innocents ?
Qui paient le prix du sang de ceux qui ont décidé,
De réduire à néant , leur vie et leur passé.

Il y a tant de larmes dans leur âme ce soir,
Seul, leur cœur en connait le prix du désespoir.
Mary Galinié



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes