Partagez

Ils suintent de la chair d’une terre parfumée
et respirent dans les verres tel un gaz enchanté
dans les veines ils s’engouffrent comme un lac souterrain
puis ressortent en geyser de l’esprit et des reins

Rouge, il brille au soleil et a le muscle épais
plus il monte en degrés plus il happe le palais
c’est un roi de la vigne qui régente les neurones
quelque soit sa région il a partout son trône

Blanc, il dédaigne bien des plats faisant le prétentieux
mais une fois amadoué se montre moins fallacieux
il entraine dans sa couche les amants de la table
il énerve souvent mais a le ton aimable

Rosé, il se vexe quant on le dis métis
si il n’est pas du matin il n’est pas artifice
il a sa raison d’etre et sait toujours chanter
à l’ombre de l’été en une fin de journée

Il faut surtout apprendre a leur faire l’amour
sensibles comme une femme ils adorent les atours
mais avant de les aimer il faut savoir réver
ces vignes merveilleuses qui vont les féconder

Elles courent dans les collines ou fréquentent les vallées
et n’aiment que le ciel bleu pour venir caresser
leur corps de mère porteuses de baies aphrodisiaques
qui produisent un sang en rivières paradisiaques

Ceci dit en termes emprunt de naïveté
le vin n’est délice que capiteusement consommé
je préfère une bonne eau au pinard en plastique
cela m’épargne le nez rouge et la face ravinée



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 9 votes