Partagez

A quand la souffrance
A quand la solitude
Elle est faible la résistance
Elle n’est plus mon habitude.

A quand les larmes
Qui coulent en moi
Je baisse les armes
Et je lève ma voix

Peut être quelque part
Quelqu’un l’entendra
Avant que je pars
Vers l’au-delà.

Peut être elle trouvera
Enfin un entendeur
Sinon elle se taira
Et vive mon malheur.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 1 votes