Partagez

Vacillante comme une fleur sur sa tige
Solitaire au milieu de la cohue qui l’afflige
Fragile comme pétales dans un vent violent
Elle déambule sans but, lentement

Son esprit frivole s’envole papillonnante
Ses pas chancelant l’amènent dans la tourmente
Esseulée dans un monde hors de sa portée
Inconsciente des dangers qui pourraient la briser

Son corps frêle, ténu dans sa robe satinée
Feuillage fléchit par la brise des années
S’effrite comme corolle en fin d’été
Titubant égarée sur le fil délicat de ses facultés

Fugace, fugitive elle s’évapore comme la rosée
Filin de soie sur la toile de ses pensées
Sa mémoire chancelante la rend vulnérable
Insouciante bohème sur la rue cavale

Souvenance éthérée, fleurette sensible
Un matin de mai, promenade inoffensive
La vieille dame s’est perdue en chemin
Parfum de souvenirs dans sa tête s’est éteint

Fragile comme la fleur dans les bras de l’automne…

@ Dominique Chouinard



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 11 votes