Partagez

Volcan

Sombre masse sans vie, tournée vers les étoiles
Surface polie par des siècles d’ondées
Bubons de peste sur la croute terrestre
Tu fus éclair de feu, crachant ta bile aux cieux !

Les hommes ont oublié tes injustes fureurs
Lorsque tes langues de flammes dorées,
Cachaient au soleil ses sublimes lueurs
Détruisant de la terre, ses divines beautés !

Un jour de tes tripes béantes, grouillantes de magma
Tes rugissements ont couvert ta terrible colère
Embrasant l’éther de flamboyantes ardeurs,
Alors que frémissaient tes veines dans la mer !

Insignifiant un jour, enfanté en une heure
Tes souffrances expulsées en nuages grisés
Que des mèches de braises, irisaient en décor.
Se sont dressées alors,  pustules de l’horreur

Un jour s’est levé et ses brumes jaunâtres
Et son aurore absente qui voulait apparaître !
Alors, une lune noircie maculée de salpêtre,
S’est perdue ainsi, dans une nuit sans êtres !

Des hommes sont venus sur ton sol fécond,
Plantant sur cette terre, érigeant leurs maisons,
Oubliant qu’ici-en ce lieu ton corps s’était ouvert
Dans d’atroces tourments injectés dans la mer

Produisant dans l’instant
Cet enfant si puissant
Que l’on appelle volcan. !



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.43 sur 7 votes