Partagez

Vous êtes là et peu importe
Où je vivrai où vous serez
Il y aura toujours une porte
Qui s’ouvrira quand je voudrai
Retrouver nos matins d’enfance
Leur folie douce au grand soleil
Nos nuits sans fin d’adolescence
Où nous n’avions jamais sommeil

Vous êtes là et peu importent
Les vents contraires et les coeurs froids
Peu importent les feuilles mortes
Elles nous feront des feux de joie
Et si l’un de nous fait naufrage
Dans l’eau froide d’un désamour
Ce sera tout notre équipage
Qui viendra lui porter secours

Vous êtes là et peu importe
Si nos rêves étaient trop légers
Jolies bulles que vent emporte
Vite conçus vite oubliés
Nous aurons su chasser les ombres
Quand le jour se faisait chagrin
Aller chercher dans les décombres
La lueur d’un petit matin

Vous êtes là et peu importe
Ce que le temps a fait de nous
Ce qu’il a pu ouvrir de portes
Pour les refermer tout à coup
Vous êtes là tout recommence
La nuit rouvre ses avenues
A nos rêves d’incandescence
Le coeur battant les lèvres nues



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 3 votes