Partagez

Vous, qui d’un seul regard sûtes mon cœur ravir
Sans besoin de parler ni moins encore agir,
Passant près de l’endroit où je vous faisais face
Avant de vous tourner et de quitter la place.
Vous, qui m’avez charmé par vos dignes apprêts,
De vos graves beautés aux superbes attraits,
Je veux vous rendre hommage et ce plaisant poème
N’est que l’expression d’un projet sur ce thème ;
J’y mets toute ma vie et mon émotion
Afin de vous toucher dans cette intention.

Hélas ! Que n’avez-vous pas pu dans cette rue
Crier que vous m’aimiez, vous auriez été crue !
Quant à moi que n’eussé-je en un coup réussi,
Couru vous embrasser sans plus d’autre souci !
J’apprécie avant tout un esprit téméraire,
C’est pourquoi sans détour j’essaye de vous plaire.
Vous êtes tellement belle de votre état,
De par votre sourire et votre insigne éclat,
Par l’extrême finesse et la délicatesse
De votre silhouette inspirant la tendresse.
Jamais je n’aurais cru de si près contempler
Telle apparition capable de troubler
Mon cœur et mes bras gourds d’inemployer leur force.

Il faut que vous sachiez que de mon cœur l’écorce
N’est pas dure à percer, qu’il suffit de vouloir
Davantage approcher davantage en savoir…
Je vous aime vous dis-je et ne serai pas homme
À mal vous satisfaire, à refuser la pomme…
Je chercherai sur tout à bien vous contenter,
À bien baiser vos mains, vos bras sans hésiter,
Des mêmes soins pressés à recouvrir vos joues
Jusqu’à faire cesser les moindres de vos moues.

L’un collé contre l’autre à la vie à la mort,
Nous ne saurons dès lors plus que rire du sort
Qui comblera nos vœux de bienfaits incroyables.
Il pourra balayer des espoirs admirables
Tout comme auréoler nos torts de mille feux ;
Le sang pourra couler y compris par nos yeux,
Triomphant des erreurs sordides et cruelles,
Nous ressusciterons, à son œuvre fidèles.
Peut-être surgiront bien des difficultés
Mais nous les combattrons par leur jeu survoltés !
Que pourrait en effet une fortune dure
Sur un destin conforme aux lois de la nature ?
Le meilleur de mon cœur trace votre dessin
Unique et réservé pour un autre dessein,
Celui qu’accordera votre ventre de mère
A nos espoirs conjoints de toucher au mystère
De l’esprit s’incarnant quand au bout de l’effort,
Celui-ci naît pour un mutuel réconfort.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
5 sur 5 votes