Partagez

Je brise le miroir de mon cœur,
Il ne ressent plus rien.
Je vole au dessus de mon corps,
Je ne me sens pas bien.
Je respire l’odeur des fleurs,
Mais je ne suis pas certain
Que je vois la vie en couleur
Et que je ressemble à quelqu’un.
Je vole, alors, je vole
Et mon corps gisant au sol,
Je vole vers tous les chemins,
Fuyant les idées noires qui me collent.
Je vole vers tous les chagrins,
Fuyant mon cœur qui te rend folle.
Je vole, alors, je vole
Mais je ne sais encore rien.
Combien me reste-t-il de temps,
A courir ainsi dans les champs ?
Bientôt il fera noir,
Dans mon cœur et dans mon camp.
Il faut partir très loin,
Et en me prenant par la main,
Je trainerai les pieds sur ce chemin.
J’irai vers l’inconnu,
J’irai vers l’infini,
Vers un monde plus serein,
Pour enterrer mon corps meurtri
Et libérer mon cœur du chagrin.
La pluie lavera mes maux,
Et je serai enfin quelqu’un.

Younes ZEMNI.



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.71 sur 24 votes