Partagez

Elle est ce rayon de soleil

qui s’immisce dans les interstices

d’un volet clos sur les merveilles

d’un petit matin fait de délice


Elle est la rose égarée

près de la cabane du jardin

quand la blancheur de la rosée

laisse place à un ciel bleu satin


Elle est ce chemin de campagne

menant vers le cours d’un ruisseau

bercé au loin par des montagnes

couverts de milliers d’arbrisseaux


Elle est fontaine de jouvence

des anciens qui boivent son nectar

ravivant dans la descendance

une destiné mouillée d’espoir


Elle est l’amour dans les pupilles

une joie de vivre invitée

elle chaloupe comme dansent les filles

qui vont, qui viennent telle la marée


Elle est là, tapie dans un coin

on ne la voit pas, trop bien cachée

elle attend son heure pour demain

quand l’esprit viendra la chercher


Elle est tout ça et plus encore

gravée dans l’or de l’espérance

elle est ce rêve qui git encore

« sérénité », belle qu’on fiance…



Veuillez noter :

Envoi...
Total :
4.84 sur 19 votes